Pose d’un cathéter veineux central

  • La pose d’une voie centrale correspond à la mise en place  d’un cathéter long dans la veine cave crâniale. Ce geste apporte un plus grand confort aux animaux hospitalisés. Il permet au praticien de disposer d’un cathéter de gros calibre dont le débit est constant quelle que soit la position du patient.

Auteur : Dr. C. Bille  16-06-2009
Centre Hospitalier Vétérinaire des Cordeliers, 29-35 avenue du Maréchal Joffre, 77100 Meaux.
E-mail : cbille@chvcordeliers.com
Cet article a été publié dans : L’Essentiel (2009) : p 24-27


 

Pose d’un cathéter veineux central
Intérêt et techniques

Il lui est aussi possible d’effectuer des prélèvements sanguins à tout moment. Cependant, sans une maitrise correcte, ce geste peut être à l’origine de complications pouvant conduire à la mort du patient.

Le cathétérisme veineux central correspond à la mise en place dans le système veineux profond d’un cathéter long.

Chez les animaux de compagnie le cathéter est placé dans la veine cave crâniale, à quelques cm de l’atrium droit, après la ponction d’une veine jugulaire. Nous verrons ici les étapes de la pose d’un cathéter central selon la méthode Seldinger : méthode qui comprend des étapes distinctes lors des utilisations du trocart, du guide et du cathéter.1,2

Le schéma ci-dessous présente un cathéter veineux central à 3 voies.

Indications

Les cathéters veineux centraux améliorent le confort des animaux. Les positions adoptées naturellement par les patients hospitalisés (décubitus latéral, sternal, position debout, marche lors des sorties) ne sont pas gênées par le site d’insertion jugulaire contrairement aux veines saphènes et céphaliques

Le site de ponction est moins facilement souillé par de la bave (veine céphalique) ou de l’urine et/ou des fèces (veine saphène).

Ils permettent un accès à des veines de grand format, notamment lorsque les veines périphériques ne sont pas exploitables.

Le débit est constant et ne dépend pas de la position du patient.

Lors de soins intensifs, l’utilisation d’un cathéter veineux central à plusieurs voies permet de réaliser des prélèvements sanguins réitérés directement dans la veine cave crâniale imposant un minimum de contraintes au patient.

Lors de réanimation ou de la réalisation de soins intensifs, le diamètre du matériel est plus important et permet l’administration rapide de fluides en grande quantité si nécessaire.

En cas de réanimation, les administrations (fluides ou principes actifs) se font à quelques cm du cœur et sont efficaces plus rapidement.

Ils permettent d’administrer des substances veino-toxiques comme une alimentation parentérale, de mesurer les gaz sanguins veineux de manière réitérée et de mesurer la pression veineuse centrale.1

Contre-indications

L’utilisation est contre- indiquée sur des animaux qui présentent un défaut de coagulation, une dermatose sur le lieu de ponction, une suspicion d’hypertension intracrânienne.

La pose d’un tel dispositif ne doit pas être envisagée sur des animaux en état de choc. Le temps passé à le poser retarderait de manière inconsidérée la mise en place des gestes de réanimation.

Complications


Les complications communes sont :

  • le sepsis, les embolies gazeuses, les thromboses sur cathéter3. Ces complications apparaissent probablement avec la même fréquence qu’avec l’utilisation d’un cathéter périphérique mais la position profonde fait que les conséquences sont souvent cliniquement plus graves1.
  • la perte d’un volume sanguin important des suites d’un trouble de coagulation non détecté ou de l’arrachement du dispositif par un animal ne bénéficiant pas d’une surveillance permanente.
  • les troubles du rythme cardiaque lorsque le cathéter et/ou le guide sont introduits trop profondément.
  • la perforation myocardique lorsque le guide est introduit trop profondément et manipulé trop brutalement.

Ces complications peuvent conduire au décès du patient.

Dans une étude portant sur 72 959 patients humains anesthésiés, 15 personnes sont décédées de causes liées à l’anesthésie. Sur ces 15 patients, 2 sont décédés suites à des complications rencontrées lors de la pose d’une voie veineuse centrale.4

Technique

Le dispositif est présenté dans un kit stérile comprenant au minimum :

  • un trocart
  • un guide
  • un dilatateur
  • le cathéter à 1 ou plusieurs voies
  • les membranes d’injection


Avant d’entreprendre la pose d’une voie centrale, il peut être conseillé d’effectuer une radiographie du thorax et de mesurer la distance entre le point d’entrée jugulaire et la zone où l’on souhaite amener l’extrémité distale du dispositif. Celui-ci sera inséré en s’aidant des graduations qu’il présente.

La pose d’une voie veineuse centrale s’effectue sur un animal sédaté ou anesthésié. Elle prend environ 15 minutes. Le cou est tondu et la peau savonnée avec un savon chirurgical, ici de l’hibitane non coloré.

La peau est incisée afin de faciliter la ponction.

Le guide est inséré dans le trocart sur 5 à 10 cm.

La veine jugulaire est ponctionnée avec le trocart.

Le trocart est retiré. Seul le guide est laissé en place.

L’utilisation d’un dilatateur est conseillée. Cet instrument va permettre de distendre la veine jugulaire afin de pouvoir introduire le cathéter plus facilement par la suite. 

Le dilatateur est introduit sur le guide puis dans la veine jugulaire jusqu’à la garde.

Il est ensuite retiré. À nouveau, seul le guide reste en place.

Le cathéter est ensuite introduit sur la distance précédemment calculée. Il est extrêmement important que l’extrémité proximale du guide sorte du cathéter.

Du sang est aspiré dans les 3 voies afin d’évacuer l’air présent dans les tubulures. Les 3 voies sont ensuite vidangées avec une solution saline contenant 1 à 2 UI/ml d’héparine.

Une radiographie thoracique permet de juger de la qualité du placement dans la veine cave crâniale.

Le système est ensuite fixé par des sutures et protégé par des compresses et des bandes adhésives.

Sélectionner les patients

La pose d’une voie veineuse centrale sur une veine jugulaire est, lorsqu’elle est maitrisée, relativement simple et rapide. Elle permet, entre autres, de pouvoir administrer des fluides avec un gros débit, de pouvoir réaliser des prélèvements sanguins réitérés à tout moment et d’administrer des substances veino-toxiques. Il faut cependant toujours bien sélectionner les animaux susceptibles de recevoir ce matériel et garder les possibles complications à l’esprit car cet acte peut être à l’origine du décès des patients.

Liste non exhaustive de laboratoires disposants de cathéters veineux centraux :

  • Mila international Inc.
  • Vygon
  • Global veterinary products.

Bibliographie

  1. Hansen BD: Tecnical aspects of fluid therapy. In SP DiBartolla ed. Fluid, Electrolyte And Acid-base Disorders In Small Animal Practice. ed 3. Philadelphia: WB Saunders; 2006. P.344-76.
  2. Burrows CF. Techniques and complications of intravenous and intraarterial catheterization in dogs and cats. J Am Vet Med Assoc. 1973 Dec 15;163(12):1357-63.
  3. Burrows CF. Inadequate skin preparation as a cause of intravenous catheterrelated infection in the dog. J Am Vet Med Assoc. 1982 Apr 1;180(7):747-9.
  4. Newland MC, Ellis SJ, Lydiatt CA, Peters KR, Tinker JH, Romberger DJ, Ullrich FA, Anderson JR. Anesthetic-related cardiac arrest and its mortality: a report covering 72,959 anesthetics over 10 years from a US teaching hospital. Anesthesiology. 2002 Jul;97(1):108-15.