Cas clinique : Un cas original d’exophtalmie chez un lapin

Cas original exophtalmie lapin

Cas clinique

  • nl-9-juin-2016-photo4Un lapin mâle non castré âgé de 3 ans et demi est référé pour une exophtalmie unilatérale gauche d’apparition rapide (48 heures). Le lapin est en bon état général, son appétit est légèrement diminué depuis 3 jours.
  • Il présente comme antécédent médical un épisode de conjonctivite bilatérale avec épiphora et un parage dentaire pour une malocclusion des dents jugales (M 1 et 2 inf G) respectivement 2 et 8 mois auparavant. L’environnement et l’alimentation du lapin sont corrects.

Auteurs : Drs Sophie Romain, Lucas Flenghi et Celine Levrier  05-07-2016
Service NAC – 
Centre Hospitalier Vétérinaire des Cordeliers,
29 avenue du Maréchal Joffre, 77100 Meaux.
E-mail : nac@chvcordeliers.com


L’examen clinique

L’œil gauche en exophtalmie présente une réaction positive à la fluorescéine dans la zone centrale de la cornée sur 5 millimètre de large. Cet ulcère par exposition est superficiel. Le lapin n’arrive pas à cligner des paupières à gauche et ne présente aucune paralysie faciale. Les réflexes pupillaires à l’éclairement direct et indirect sont absents sur l’œil gauche. Le réflexe pupillaire d’éclairement direct est présent sur l’œil droit mais absent en ce qui concerne le réflexe indirect. Une rétropulsion du globe oculaire par pression douce est impossible. L’œil semble non visuel. L’examen buccal réalisé à l’otoscope vidéo révèle une malocclusion dentaire (pointe dentaire PM2 inf G, M3 inf D, M1 et M2 sup G). Aucune ulcération jugale ou linguale n’est cependant observée. Une déformation de la branche de la mandibule gauche est palpée. Le reste de l’examen clinique est normal.

Le diagnostic différentiel d’une exophtalmie chez le lapin de compagnie inclut un abcès rétrobulbaire d’origine dentaire, une tumeur rétrobulbaire (lymphome, tumeur de la glande de Harder), un amas graisseux rétrobulbaires chez un individu obèse, un hématome rétrobulbaire suite à un choc avec hémorragie de l’important plexus veineux, une hypertrophie du plexus veineux rétrobulbaire lors de thymome médiastinal ou de cardiopathie (exophtalmie bilatérale dans ces deux cas), un kyste (Tænia serialis), un corps étranger, un sialocèle salivaire, un ostéosarcome. La cause la plus fréquente d’une exophtalmie unilatérale chez le lapin est un abcès rétrobulbaire d’origine dentaire maxillaire. En effet, la base des 4 dernières dents jugales maxillaires (PM3 et M1 à 3) sont en contact de l’orbite.

L’imagerie médicale

Un examen tomodensitométrique du crâne est réalisé sous anesthésie générale gazeuse. Les images sont obtenues avec un scanner 16 barrettes en fenêtre tissulaire et osseuse avant et après injection de produit de contraste iodé. L’examen met en évidence la présence d’une lésion cavitaire de très grande taille sur la face latérale et médiale de la mandibule gauche. Cette lésion s’étend jusque dans l’orbite par la face médiale de la mandibule et est à l’origine de l’exophtalmie. La mandibule présente une lésion lytique marquée. Le diagnostic final est un abcès rétrobulbaire d’origine dentaire lié à une atteinte mandibulaire.

Traitement

Il repose sur l’énucléation avec curetage de l’orbite en raison de l’atteinte conséquente de l’œil, une extraction des dents maxillaires atteintes, une antibiothérapie et une analgésie.

Discution

Un unique cas d’exophtalmie secondaire à un abcès d’origine dentaire lié à une atteinte des dents mandibulaire a été décrit à notre connaissance dans la littérature (What is your diagnosis ? JAVMA, vol 238, 4, February 15, 2011). Le cas clinique ici décrit est donc très rare et a pour intérêt de souligner que le scanner est l’examen complémentaire de choix en dentisterie et lors d’exophtalmie unilatérale chez le lapin. Il permet l’identification d’ostéomyélite et d’abcès et de pallier à la superposition des structures tel que lors d’une radiographie classique. Il convient également de rajouter une potentielle origine mandibulaire au diagnostic différentiel d’une exophtalmie chez le lapin.

nl-9-juin-2016-photo6

« À gauche, l’abcès dentaire entraînant une lyse osseuse.
À droite on note l’extension de cet abcès dans la cavité orbitaire ».